الرئيسية » أراء ومواقف » El kelaa des sraghna : Quelle crise empêche le progrès ?

El kelaa des sraghna : Quelle crise empêche le progrès ?

Aujourd’hui l’évolution et le progrès que connaissent les villes marocaines nous poussent à poser énormément de questions : quelle place pour la ville d’El kelaa des Sraghna ?est-elle vraiment en voie de progrès ? Comment peut-on l’imaginer autrement ? Quelle en est le statut socio-économique ?
Celui qui vit, connait cette ville de proche ou de loin comprend très vite qu’il s’agit d’une suite de changements, transformations sur tous les plans ; cette ville qui était longtemps un refuge, un abri pour les campagnards qui l’entourent et l’est encore. S’agglomérant pour vivre ensemble de ce que la terre produit avec une agriculture très confiée à la pluie ; espoir de tout un peuple que la terre leur coûte chère.
Tout cela à participer qu’on le veuille ou pas à la stagnation, l’improductivité de l’homme et le ‘’citoyen’’ que cette ville a rêvé d’avoir depuis longtemps. Pour mettre la main à la pâte il suffit de voir le statut économique de cette ville ; l’équation est gravement angoissante en ce qui concerne l’investissement.
Financièrement parlant ; personne ne peut nier que les émigrants, les gens qui travaillent ailleurs constituent un levier, source intarissable de cette petite ville, qu’on leur remercie pour cet esprit de développement.
Seulement et par amour de cette ville j’aimerais bien souligner, viser d’où vient notre malheur, où nous avons raté notre rendez-vous avec le progrès ?
Une simple visite à cette ville vous donne tout de suite une idée étrangère : pourquoi ce tas de cafés qui sont côte à côte, ainsi que les stations –services s’embrassent les unes aux autres .sommes-nous des riches ?est-il vrai que tout cela appelle l’homme et la femme de cette ville ?ceux et celles qui cherchent de quoi subvenir à leurs besoins familiaux ?toutes ces questions que posent les persécutés de la ville dont je suis un passent à côté de la plaque et montrent bel et bien que ces émigrants ,les gens qui veulent investir leur manquent la bonne stratégie ,l’esprit de l’investissement pour un développement durable .
A ce stade la responsabilité est doublement partagée entre les responsables qui gèrent l’ordre socio-économique de cette ville ; on leur reproche le fait de ne pas éclaircir, aider ceux et celles qui veulent investir et créer de nouveau et non plus des « cafés et station-service ».
le diplômé et le jeune d’El kelaa des sraghna se trouve à son tour et malheureusement malmené ; il est diplômé, compétent et toujours à la recherche d’un travail dans une ville pleine de cafés et rien d’autres ce qui explique une véritable crise qui engendre d’autres problèmes tels que l’émigration, aller travailler ailleurs …
De l’autre côté, ce que nous demandons ainsi que tous les émigrants, les hommes d’affaires qui veulent voir cette ville se progresse c’est qu’ils doivent d’abord être sensibilisés, informés sur comment gagner de l’argent en faisant d’autre chose que les cafés .telle que : les usines, les sociétés, des bibliothèques, des espaces pour se divertir … ce qui donne un souffle nouveau sur le plan socio-économique.
Finalement, il est temps qu’on salue notre mère natale autrement : j’investis l’inouï, ce qui est durable donc je suis!

MOUTEE Abdelilah

عن إدارة الموقع

x

‎قد يُعجبك أيضاً

العالمُ يصلي من أجلِ أمنِ إسرائيلَ وسلامةِ شعبِها

بقلم د. مصطفى يوسف اللداوي قبل أن ينشأ الكيان الصهيوني ويستوطن المهاجرون اليهود في فلسطين، ...